7 pièges vicieux qui ruinent les résultats de votre site web

Quoi de plus terrible que d’investir son temps et son argent dans un site web, sans obtenir de résultats par la suite ? Réponse : ne pas savoir pourquoi les résultats sont absents. Douter du projet pour lequel on a réalisé le site. Douter de soi-même.  Aujourd’hui, examinons 7 pièges particulièrement vicieux qui détruisent probablement votre site.

 

 

Piège 1 – La sophistication des arguments

Imaginez.

Votre site vend des pilules qui aident à maigrir. Il y a quelques années, vous auriez pu mettre en haut de page une accroche simple comme « Maigrissez en avalant une pilule par soir avant de dormir ! ».

Plutôt simple comme argument.

Mais peu à peu, ce genre de pilules se sont démocratisées. Pour que votre page soit toujours convaincante, son argumentation doit alors se complexifier : « Maigrissez de 10 kilos en 6 mois avec la pilule magique ! ».

Aujourd’hui, il vous faut un « mécanisme unique » derrière le fonctionnement de la pilule pour que votre argumentation soit valable : « Maigrissez de 10 kilos en 6 mois avec notre nouvelle pilule basée sur un concentré de Thés Verts ».

Ce qu’il faut retenir ?

Il y a de grandes chances pour que votre secteur soit déjà très sophistiqué. Ce qui veut dire que vos visiteurs ont déjà vu des arguments d’entreprises similaires à la vôtre. Votre argumentation doit être réalisée en fonction de la sophistication de votre secteur, c’est pourquoi j’aime parler de sophistication des arguments.

Donc je dois faire attention à tout ce que j’écris sur mon site ?

Comprenons-nous bien. Ce qui est très important, ce sont les arguments présents sur le site, et pas comment ils sont formulés. Dans notre exemple, tant qu’on fait passer « perdre 10kg en 1 mois » et « concentré de thés verts », on est bon. Pas besoin d’une formulation parfaite pour tirer les bénéfices, même si c’est utile.

Pour résumé, si vos arguments sont trop peu sophistiqués par rapport à ceux que vos visiteurs ont l’habitude d’entendre, votre site aura du mal à convaincre vos visiteurs que votre solution est crédible. Vous aurez alors peu de résultats. Dès aujourd’hui, vous pouvez vérifier les sites de vos concurrents pour essayer de déterminer la sophistication de votre secteur. Vous saurez ainsi s’il vous faut retoucher l’argumentation de votre site.

 

 

Piège 2 – L’impatience des internautes

Quasiment personne ne lira cet article en entier. Je le sais. Nous sommes tous tellement pressés. On a toujours autre chose à faire, et votre visiteur ne fait pas exception. Une fois arrivé sur votre site, il ne vous accordera qu’un temps d’attention très limité.

Dès lors, votre rôle et d’émousser un minimum son impatience. Et la meilleure façon d’y arriver est de vous assurer que votre site est rapide. Plus vos pages mettront de temps à charger, plus votre site aura du mal à gérer l’impatience de vos visiteurs. En conséquence, ses résultats seront limités.

Pour vous donner un ordre d’idées, un site perd en moyenne 7% de taux de conversion par seconde de chargement. Et si vos visiteurs viennent majoritairement depuis un appareil mobile, l’impact est encore plus important.

Ok, donc il suffit d’avoir un site rapide.

 

Oui, mais il y a un problème. Un site rapide, ce n’est pas si simple à obtenir.

  • Un hébergement de mauvaise qualité, et le site est lent
  • Des images trop lourdes, et le site est lent
  • Du code mal conçu, et le site est lent
  • Trop de fichiers à assembler par le serveur, et le site est lent
  • Trop de plugins, et le site est lent
  • Un thème lourd surchargé d’options, et le site est lent

Obtenir un site vraiment rapide, ce n’est pas si simple. Il doit avant tout être léger, et faire très attention dans ses choix techniques. Si votre site est lent, votre première mission est de le rendre plus rapide. La patience limitée de vos visiteurs ne doit pas être atteinte par les temps de chargement.

 

 

Piège 3 – La proposition de vente fantôme

Votre site Internet ne vend pas un objet ou un service. Il vend une proposition. Il propose au visiteur un bénéfice en échange de son action.

Ignorer cette réalité, et vous tomberez dans ce piège. Vous ne formulerez pas votre proposition au visiteur. Une bonne proposition se compose de 5 éléments :

  • La proposition de vente – en quoi votre proposition est-elle différente des autres ?
  • La proposition de valeur – quel bénéfice concret gagne le visiteur en acceptant la proposition, et en quoi cela vaut-il le coût demandé ?
  • La proposition de sécurité – qu’est-ce qui rend l’action demandée au visiteur sans risque ?
  • L’offre – pourquoi le visiteur devrait agir maintenant, avec vous ?
  • La proposition d’expérience – en quoi votre solution est plus simple, rapide, agréable qu’une autre ?

Vous n’êtes pas obligé de tout avoir, mais vous devez réussir à formuler clairement votre proposition à votre visiteur. Si votre proposition est absente, floue ou banale, votre site ne vous apportera que peu de résultats.

Houla, comment j’applique tout ce charabia théorique moi ?

Je comprends. Que diriez-vous d’un petit plan d’action rapide pour commencer ?

  1. Répondez simplement à chacune des questions ci-dessus.
  2. Ensuite, essayez de limiter chaque réponse à un paragraphe de 50 mots.
  3. Après, Donnez un titre de 8 mots maximum à chaque paragraphe.
  4. Enfin, ajoutez tout ça sur votre site, à l’endroit le plus approprié. Souvent, il s’agira du haut de page.

 

 

Piège 4 – Structure des pages

Un peu plus haut, je vous ai parlé de l’impatience des internautes. À cause de celle-ci, la structure de vos pages est primordiale.

Si vos pages sont déstructurées, difficiles à suivre, et qu’elles n’aident pas une compréhension rapide, elles ne sauront pas captiver vos visiteurs. Devant l’effort de compréhension que vous leur demandez, 95% de vos visiteurs préféreront partir.

Et les 5% restant ?

Ils resteront plus longtemps, mais ne seront probablement pas convaincus d’agir. On peut les comprendre : si ils doivent se plier en quatre maintenant pour comprendre ce que vous leur proposez, qu’est-ce qui les attend s’ils s’engagent avec vous ?

 

Poussons le raisonnement.

La structure d’une page web est donc importante pour faciliter la compréhension des arguments qu’elle veut faire passer. Ce n’est pourtant pas tout. Elle est aussi essentielle à son pouvoir d’influence. Après tout, le rôle de votre page est de convaincre le visiteur d’agir et de saisir votre proposition.

Pensez-vous qu’un super témoignage aura plus d’impact en fin de page, où seuls 1% de vos visiteurs arrivent, ou juste sous votre premier appel à l’acte ? Réponse B, c’est certain.

Structurer des pages web, c’est un métier. Mais pour commencer par vous-même, voici une astuce…

  1. Assignez à votre page un objectif. La page doit convaincre le visiteur de le remplir.
  2. Rédigez un texte qui essaie de convaincre un lecteur d’effectuer cette action. Imaginez que le lecteur pose des questions régulièrement et répondez-y.
  3. Organisez votre page de façon linéaire, en suivant l’argumentation de votre texte.

 

 

Piège 5 – Qualité du trafic

Vous pouvez avoir le meilleur site du monde…

…il ne servira à rien si ses visiteurs ne sont là que par pure curiosité. Typiquement, en faisant de la publicité large sur les réseaux sociaux, on obtient ce genre de visiteurs. Il faut faire très attention. La variation de qualité du trafic est une réalité. C’est vraiment l’un des facteurs qui a le plus d’impact sur la réussite de votre site.

C’est un peu flou… C’est quoi la « qualité du trafic » ?

Illustrons.

Vous êtes un kiné, et voulez attirer des visiteurs sur votre site.

  • Une première source de trafic est une publicité sur Facebook qui cible toutes les personnes de 25 à 90 ans dans votre ville, qui s’intéressent à la kinésithérapie.
  • Une seconde source de trafic est une publicité Google qui s’affiche pour les personnes cherchant « Kiné à Tartampion »

La seconde publicité va amener un trafic bien plus intéressant, car plus avancé dans le processus d’achat. Ils sont à la recherche d’une solution immédiate.

La première source de trafic devra être gérée autrement, car elle n’a pas de besoin immédiat. Si votre site approche cette source de trafic de la même façon que la seconde, il n’obtiendra quasiment aucun résultat.

En résumé, votre site doit être construit en fonction de votre source de trafic. Posez-vous la question : savez-vous quelles sont les grandes lignes du profil de vos visiteurs ? Savez-vous s’ils viennent des réseaux sociaux ? Des moteurs de recherches ? D’une publicité ? Prenez le temps de faire le point, les enjeux sont importants.

 

 

Piège 6 – Quantité du trafic

Ça peut sembler évident. Pourtant, il s’agit bien d’un piège.

Souvent, on ne fait pas attention au nombre de visiteurs qu’on obtient par mois. Et il arrive que ce nombre soit simplement faussé par du SPAM (lorsqu’on utilise Google Analytics mal configuré en particulier). On peut alors penser avoir beaucoup de visites, alors que notre site est une ville fantôme.

Il faut savoir qu’obtenir des résultats avec un site web est avant tout un jeu de probabilités. Si vous jouez avec de trop petits nombres, vous ne verrez jamais de résultats.

Et je ne peux pas trouver ça moi-même ?

Il n’y a pas vraiment de chiffre magique. Il faut viser un flux régulier de visiteurs de qualité. Mieux vaut deux visiteurs de qualité par jour que 50 visiteurs « éclair » par jour. En général, je recommande de viser les 500 visiteurs qualifiés par mois pour commencer.

Si vous doutez, prenez dix minutes aujourd’hui pour analyser votre trafic dans Google Analytics. Combien de temps vos visiteurs restent-ils ? Combien de visiteurs avez-vous par semaine ?

 

 

Piège 7 – Appels à l’acte

Tellement de sites tombent dans ce piège. Si vous voulez que votre site apporte des résultats, il faut qu’il pousse le visiteur vers une action. Cette action doit être claire et simple à mettre en œuvre.

Le premier problème, chez beaucoup de sites, est l’absence pur et simple des appels à l’acte. Si c’est votre cas, vous avez une grosse opportunité d’amélioration devant vous ! Placez au moins trois appels à l’acte sur chaque page un peu longue de votre site. Un en haut, un au milieu, et un à la fin.

Vous devez supposer que votre visiteur ne fera que descendre sur votre page. Ne lui demandez jamais de remonter pour retrouver l’appel à l’acte.

Le second problème, ce sont les appels à l’acte « invisibles ». Vous savez, ces boutons qui ne se détachent pas du tout des couleurs du site. Votre appel à l’acte doit être impossible à rater. Il doit attirer l’œil, en se détachant du reste de votre page.

Il y a pleins d’autres choses à travailler pour avoir des appels à l’acte plus efficaces. Mais si ces deux problèmes ne sont pas les vôtres, alors ce n’est pas ce qui empêche votre site d’obtenir des résultats.